Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie

Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie



6 h du matin, perquisition, menottes, mots "crus" et hop, un journaliste de libé se fait embarquer. Quelques jours plus tard, le monde entier est au courant que le "pauvre"  Vittorio de Filippis ancien directeur de la publication de Libération de mai à décembre 2006, a été interpellé au petit matin, à son domicile, conduit dans un centre de détention, soumis à des fouilles au corps, avant d’être présenté à un juge du tribunal de grande instance de Paris.
Reporters sans Frontières a jugé ces "méthodes intolérables", en précisant que "traiter un journaliste comme un criminel et recourir à des procédés tels que la fouille au corps est non seulement choquant, mais aussi indigne de la justice française". RSF a précisé que la France occupe seulement la 35e place dans le dernier classement mondial de l'association. "La France détient le triste record européen du nombre de convocations judiciaires, mises en examen et placements en garde à vue de journalistes". Pour l'Union syndicale des journalistes CFDT, il s'agit d'"une intimidation de plus, une intimidation de trop ... cette interpellation vient s'ajouter à la tentative de perquisition dans les locaux du  Canard enchaîné à la très contestée loi sur le secret des sources d'information des journalistes, ou encore aux 10 procédures judiciaires récemment engagées par les dirigeants du groupe Caisse d'Epargne contre le site internet d'informations Médiapart"
On ne sait pas exactement de quoi est accusé Fillipis, les médias parlent d'un commentaire d'internaute sur un forum de libé qui causeraient la mise en accusation de Fillipis..
Et si il s'avérait que l'auteur du commentaire soit un des accusateurs ? ;-))) Ca serait trop comique.; une seconde affaire Clearstream avec toujours le même machiniste à la manoeuvre..

Ceci dit, qu'il est comique de voir tous ces journalistes s'insurger alors que chaque jour, le même type d'arrestations a lieu dans toute la France et que dans les nombreux cas où l'accusé n'est pas coupable, où il n'est jamais présumé innocent, PERSONNE n'en parle dans les journaux..
Les journalistes ont-ils un statut à part pour qu'on en parle autant ?
Comment peut-on avoir une France d' égalité alors même que les "medias" ne l'appliquent pas ?


Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie | 30 novembre 2008
D'autres trucs du même genre dans la ou les catégorie(s): Actu people, Actualités, Medias, People pipole, Rencontre serieuse, République des copains et des coquins, Sarkoface, l'histoire d'un iznogoud des temps modernes, sarkozy, sarkozystes, Scandale


Commentaires sur

Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie

Les journalistes et beaucoup de politiques se plaignent de méthodes policières qui peuvent sembler totalitaires mais ils récoltent les conséquences de leur complaisance avec François Mitterrand qui a transformé la République Française en totalitarisme mafieux :

http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/

La complicité avec des mafieux a toujours un coût…

Jean-Charles Duboc

Vérifiez votre commentaire sur Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie

Voir votre commentaire sur Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie

Preview pas encore posté

en cours ..
Votre commentaire ne peut pas être posté
Votre commentaire a été posté Donnez votre avis sur ou posez votre question !

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Donnez votre avis, commentez ou posez une question sur

Avec Filippis, les journalistes découvrent la vraie vie

Cliquez dans les colonnes pour d'autres actualités, nouvelles du sport ou de la politique ou bêtises des nounours

« Britney Spears à la Star Ac et AVEC UNE CULOTTE | Accueil | Bolloré en Afrique : Business et Dictatures »