Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques

Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques



France3 a présenté hier dans "Pièces à conviction" : Le Grand Hold-up des banques

On y a appris pas mal de choses intéressantes et tristes à propos des banques qui concrètement possèdent la France via les crédits qu'elles ont mis en place.

Grand moment que celui où Xavier Musca, directeur du trésor, peine à donner le montant des pertes des banques françaises. Il finit par donner du bout des lèvres, après avoir fait couper la caméra puis repris, le chiffre de 25 milliards d'euros de pertes tout en précisant qu'il s'agit des pertes "dues à la crise américaine" ... et dues au reste ???

Grands moments aussi dans cette émission:

- la langue de bois de Philippe Dupont des Banques Populaires. En tournée dans une agence pour montrer que sa banque soutient les gens, il arrive en faux candide devant un type qui vient de créer son entreprise ... et débite ensuite des platitudes avec un visage et des petits yeux cupides qui nous transportent en quelques secondes dans le plus noir des romans de Balzac.

- l'interview d'un autre personnage de Balzac, l'écrivain-avocat fiscal Edouard Chambost auteur du très célèbre Guide des paradis fiscaux et la constatation que TOUTES LES BANQUES FRANCAISES oeuvrent dans les paradis fiscaux qui voient passer  50% des flux financiers mondiaux

- la langue de bois de Baudouin Prot, directeur général de la BNP, qui finit par laisser son directeur de la communication tenter d'expliquer pour quelles raisons la BNP a des bureaux dans les paradis fiscaux

- les contradictions permanentes des discours de Christine Lagarde pour qui tout va bien (mais on sent bien à ses mouvements de tête de plus en plus fréquents et nerveux que la vérité ne correspond pas au message automatique du répondeur ministériel)

- les réponses anonymes par téléphone de RBS suite à une question sur un crédit que RBS a vendu à la ville de Saint-Etienne et qui plombe celle-ci

- les réponses à la sarkozy de l'ancien maire de Saint-Etienne, Michel Thiollière, qui prétend pouvoir résoudre les problèmes d'emprunt de la ville par un SWAP, mot magique mais bien obscur pour lui puisqu'il ignore royalement les frais de son SWAP (emprunt qu'il a lui-même fièrement obtenu)

- les absences du Crédit Agricole qui refuse toute interview alors même qu'il est omniprésent dans la chute de cet exploitant agricole qui découvre que ce qu'il pensait, à savoir que le Crédit Agricole appartenait au monde agricole, n'est pas vrai ..

Quelques regrets sur l'émission ? Les financements des collectivités territoriales, comme le problème de Saint-Etienne, sont légions en France et vont provoquer une hausse importante des impôts locaux. Il aurait été utile d'aller interroger les champions du monde des prêts structurés aux collectivités locales: le Crédit Agricole et Dexia (car RBS est une banque étrangère) et des les confronter aux politiques mais pas les ministres (qui se réfugient derrière leur "mission" donnée par qui on sait) mais les députés qui représentent encore un peu la voix du peuple (il est vrai que quand on voit que parfois les députés sont proches de ce qu'ils dénoncent officiellement ... on peut aussi douter).

La preuve de la présence de toutes les banques françaises dans les paradis fiscaux aurait mérité une question à sarkozy puisqu'il se faisait fort d'appeler à sanctionner les banques qui oeuvrent dans des paradis fiscaux. Mais peut-être que ses services ou son princen  n'ont pas accès aux sites internet des banques comme la Société générale, la BNP ou autres puisque les sites web même de ces banques mentionnent leur présence dans les paradis fiscaux (comme d'ailleurs leurs bilans qui mentionnent des opérations aux îles caimans ou autres ...).

Super bonus à Eric Woerth: on sent le gars sérieux, sachant ce qui se passe et pas dupe de ce qu'on lui fait dire alors même que la situation est opposée mais grâce àson petit sourire en coin il arrive à faire comprendre au journaliste et au spectateur que OUI c'est la M.. et qu'on ne va pas s'en sortir facilement..

Ca serait bien d'avoir un Woerth beaucoup plus haut...

 


Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques | 18 décembre 2008
D'autres trucs du même genre dans la ou les catégorie(s): De qui se moque-t-on ?, Economie, finances, Politique, Pouvoir d' achat, Programmes Television tv, Rencontre serieuse, République des copains et des coquins, Sarkoface, l'histoire d'un iznogoud des temps modernes, sarkozy, sarkozystes, Scandale, Télévision


Commentaires sur

Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques

Vérifiez votre commentaire sur Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques

Voir votre commentaire sur Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques

Preview pas encore posté

en cours ..
Votre commentaire ne peut pas être posté
Votre commentaire a été posté Donnez votre avis sur ou posez votre question !

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Donnez votre avis, commentez ou posez une question sur

Crédit Agricole, Banques Populaires, BNP, Societe generale, RBS et Dexia acteurs du grand hold-up des banques

Cliquez dans les colonnes pour d'autres actualités, nouvelles du sport ou de la politique ou bêtises des nounours

« Blingbling de Noël avec Coca-Cola | Accueil | Brad Pitt, les banques et Mr Hulot -video »